La Sylvothérapie : les arbres au service de la santé

Sylvothérapie : Laurence Monce

c’est une grande joie et aussi un grand honneur de faire paraître cette page sur la Sylvothérapie. En effet, sa rédactrice, Laurence Monce, est une des spécialistes française de cette thérapie également appelée Tree-Hugging aux Etats-Unis et Shinrin-Yoku au Japon.

Par ailleurs, Laurence est également l’auteur du livre à succès : « Parent d’ado : Mode d’emploi » (Editions Interditions), disponible en librairie et la co-auteur du livre : « Découvrir la naturopathie » (Editions Interditions).

Thérapie par les arbres, la sylvothérapie fut longtemps pratiquée dans les forêts françaises avant de disparaître au fil du temps. Bien qu’elle soit de nos jours très développée au Japon et aux Etats-Unis, cette thérapie encore peu connue en France retrouve ses lettres de noblesse.

Mais comment les arbres peuvent-ils nous aider à améliorer la gestion de nos émotions et la concentration, à lutter contre le stress et la déprime, en renforçant notre système immunitaire ?

D’où viennent les origines de cette pratique ?

Forêt de Brocéliande
Forêt de Brocéliande

Depuis la nuit des temps et sur tout le globe, l’homme a sacralisé le végétal donnant forme au culte des arbres. L’homme a alors pensé que les forêts permettaient de se mettre en contact avec des forces mystérieuses. La forêt est ainsi devenue un véritable temple sacré, un sanctuaire à la forme la plus archaïque.

Les arbres sont considérés comme des êtres vivants ayant une âme, une grande intelligence et une sensibilité. L’homme prête aux arbres des vertus guérisseuses.

Mais petit à petit l’homme a quitté la campagne pour vivre en ville et s’est éloigné de la nature dont il fait pourtant partie intégrante.

Quel est le risque pour nos enfants de se déconnecter de la nature ?

Selon certaines études, les enfants passent en moyenne 30 heures par semaine devant un écran… Il est alors essentiel de faire des pauses non-électroniques. Malheureusement, durant ces pauses, beaucoup vont faire des activités telles que du sport en salle, activités artistiques, musique… n’ayant aucun contact direct avec l’extérieur.

Pourtant, l’homme est fait pour garder le contact avec la nature au risque de subir les symptômes du « syndrome du déficit de nature » : sens sous-développés, déficit de l’attention, plus grand taux de maladies physiques et émotionnelles.

Il a été scientifiquement prouvé que les enfants passant du temps libre dans la nature, notamment la forêt, étaient plus concentrés, plus créatifs, avaient un meilleur système immunitaire et une meilleure gestion de leurs émotions.

L’expérience du monde de ces enfants « phubber » (communication digitale uniquement) est bien appauvrie car basée sur la vue en 2D et l’ouïe uniquement.

L’instauration d’un temps dans la forêt ou dans un parc sans contrainte et en toute liberté devient une ressource de bien-être et de déconnexion indispensable. C’est un investissement essentiel pour la santé de nos enfants.

enfants courant en forêt

Sylvothérapie : pratique guérisseuse ?

Dans les années 1930, la sylvothérapie fait partie des cures de balnéothérapie. Les malades tuberculeux passaient alors un séjour dans des lieux boisés portant le nom de sanatorium.

Le principal aspect scientifique alors utilisé était la haute concentration d’ions négatifs au milieu des arbres. On y portait les malades atteints d’asthme bronchiale, bronchite chronique, hypertension, mais aussi les personnes avec des problèmes mentaux, nervosité ou insomnie.

La sylvothérapie active consistait à pratiquer des exercices physiques en forêt.

Le règne végétal observe une organisation déjà présente dans l’atome. Que ce soit les fruits, les fleurs, les feuilles, les branches, l’écorce…tout suit un comportement bien précis. Les branches et les feuilles ne poussent pas de façon chaotique mais dans un mode organisé. Chaque feuille se place afin d’ombrager le moins possible les autres feuilles.

Quand nous sommes devant une plante, un arbre, nous regardons une énergie condensée dans la matière.

Alors, comment utiliser les arbres pour bénéficier de leur bonne énergie ?

La première chose à savoir est que seuls les arbres possèdent un niveau d’énergie guérisseur capable d’être transmis aux hommes et aux animaux.

Choisir son arbre

Il est nécessaire d’écarter les arbres malades, avec des parasites, des feuilles jaunes, des branches mortes.

Si possible sélectionner un arbre le plus éloigné des routes, des villes, des usines…

Choisir un arbre qui vous plait, un arbre sain et bien développé, dans une forêt, dans un parc.

Forêt de Brocéliande, devant l'Arbre d'Or
Forêt de Brocéliande, devant l’Arbre d’Or

Choisir son heure

Il est important de respecter le rythme circadien (rythme biologique d’une durée de 24 heures), car toutes les heures ne sont pas égales pour un traitement avec l’énergie des arbres.

Les meilleures heures sont aux premières heures après le lever du soleil quand il y a encore de la rosée. Les heures les plus favorables sont de 6 à 10 h du matin et de 16 à 19 h le soir.

Choisir sa position

Tout d’abord, il est impératif de ne pas porter de téléphone ou tablette avec soi. Il est préférable de ne pas porter de semelles en plastique ou mieux, de se mettre pieds nus si le temps le permet.

Pour bénéficier de l’énergie de l’arbre, vous devez vous positionner sur la face Nord de l’arbre. Vous avez le choix entre 3 postures :

1- Posez votre front et vos mains 10 minutes sur le tronc,

2- Placez votre dos contre le tronc et posez vos mains 10 minutes,

3- Adossez-vous à un arbre, la main droite sur l’estomac et la main gauche dans le dos.

Quels sont les résultats prouvés scientifiquement ?

Des études scientifiques ont été faites depuis 1990 prouvant les effets mesurables de cette pratique.

Ces tests ont pu démontrés les effets physiologiques tels que :

  • sentiment de calme et sérénité car baisse du taux de cortisol, adrénaline, vasopressine (hormones produites en situation de stress qui inhibent certaines fonctions du système immunitaire)
  • baisse du taux de glucose dans le sang chez les diabétiques
  • augmentation de l’activité des cellules tueuses naturelles (NK Natural Killers)
  • augmentation du taux immunoglobuline A, G et M (anticorps) dans le sang
  • meilleure vivacité et concentration,
  • baisse des états dépressifs
  • régulation de la pression artérielle
  • augmentation de l’activité du système nerveux parasympathique.

Comment expliquer de tels résultats ?

 Nos systèmes sensoriels sont influencés par les informations reçues par la vue, l’ouïe, le regard, l’odeur et le toucher. Le fait de se promener en forêt en développant ces 5 sens permet de profiter des substances suivantes :

  • Les phytoncides, substances excrétées par les plantes pour se défendre des parasites et champignons et que nous captons par l’odorat, sont réputées être bénéfiques pour notre santé.
  • Les terpènes, composé organique naturel produit par les plantes contribuent au parfum des végétaux, dont les conifères et les feuillus. Selon votre besoin, vous irez donc vers un résineux aux vertus dynamisantes et anti-microbiennes ou vers un feuillu à l’action toni-sédative.
  • La chlorophylle, pigment vert présent dans les végétaux, permet d’oxygéner l’organisme et de le désintoxiquer. Cela favorisera une bonne respiration à pleins poumons.

De plus, les longueurs d’onde bleu-vert sont calmantes et toni-sédatives.

Vous aurez ainsi compris toute la nécessité de prendre un arbre dans ses bras, Tree-Hugging comme appelé aux Etats-Unis ou de faire un bain de forêt, Shinrin-Yoku ainsi appelé au Japon.

Alors, n’hésitez pas à porter votre famille auprès des arbres afin de retrouver les bénéfices naturels du monde végétal. La nature n’est plus à mettre au rang des loisirs mais de la santé.

Laurence Monce

Sylvothérapie : Laurence Monce

 

Parents d'ado : mode d'emploiDécouvrir la naturopathie de Laurence Monce

Retrouver mes autres conseils pour vie en bonne santé dans mes ouvrages et venez me rendre visite sur mon site.

www.aqualibrattitude.com

Commentaires

error: Contenu protégé !!