L’arthrose : une maladie d’inflammation

Article mis à jour le 30/12/2017.

Je me souviens d’une visite chez mon rhumatologue il y a quelques années de cela. J’avais moins de 30 ans et ce médecin m’avait diagnostiqué de l’arthrose au niveau du rachis cervical. A cette époque, j’étais un grand sportif. Je pratiquais le footing et la musculation. J’étais vraiment très en forme ! On peut donc comprendre que je suis ressorti de cette visite médicale assez effondré, sachant que j’allais devoir faire avec cette pathologie jusqu’à la fin de ma vie.

L’arthrose, qu’est-ce que c’est ?

L’arthrose est la conséquence d’une érosion ou d’une usure avancée du cartilage des articulations. Toutes les articulations peuvent être touchées : colonne vertébrale (du haut jusqu’en bas !), genoux, chevilles, doigts. Les malades touchées sont capables d’indiquer précisément l’endroit concernés tant la douleur peut être intense.

Les autres signes de la maladie et qui concernent l’articulation sont :

  • Endolorissement
  • Bruit de craquement de l’articulation,
  • Gonflement,
  • Chaleur au niveau de l’articulation,
  • Douleur à au toucher et/ou à l’effleurement,
  • Limitation de l’amplitude des gestes.

Mais ce qui va nous aider à trouver des pistes d’amélioration, c’est de comprendre que l’arthrose est une maladie d’inflammation.

radio du genou avec arthrose

Approche et traitement allopathique

La médecine va s’intéresser aux signes « mécaniques » présentés par le malade. Une radiographie pourra éventuellement compléter le diagnostic.

Le traitement consiste à faire disparaître la douleur d’une part et à faire diminuer l’inflammation d’autre part.

Médicaments antidouleurs : le plus communément utilisé est le paracétamol. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) font également partis du catalogue des médicaments anti-douleurs. Ils sont prescrits pendant les poussées où les douleurs sont très importantes.

Les infiltrations : grâce à une injection au coeur même de l’articulation, le produit utilisé (corticoïde, anti-inflammatoire, acide hyaluronique) agira directement et rapidement.

Pour les chanceux qui peuvent se le faire payer par la Sécurité Sociale, il y a les bonnes vieilles… cures thermales. Elles apportent souvent un réel soulagement et donne le moral aux curistes. Malheureusement, l’effet reste limité dans le temps.

Les médicaments AASAL : pour les traitements de longue durée, ce sont les médicaments Anti-Arthrosiques Symptômatiques d’Action Lente (AASAL) qui sont prescrits. Ils sont constitués de molécules souvent issues du monde naturel : soja, avocat, cartilage (chondroïtine et glucosamine). Attention cependant à la molécule suivante : la diacéreine. En 2013, le comité d’évaluation des risques en pharmacovigilance a jugé que cette molécule était faiblement efficace. D’autres études ont montré que les effets secondaires étaient particulièrement importants (troubles digestifs fréquents, réactions cutanés, cas d’hépatite).

Approche naturopathique

Rappel sur la notion de toxémie en naturopathie :

Il existe deux sortes de toxémie :

  • La toxémie endogène qui est générée par l’excrétion des cellules et qui produit notamment de l’acide urique, des radicaux libres, des oxydants, de l’ammoniaque et du dioxyde de carbone.
  • La toxémie exogène qui est le résultat de l’alimentation (sucres, graisses, etc…), des bactéries de la flore intestinale, des pollutions de tous types, de la sédentarité et du stress.

En général, compte tenu de notre style d’alimentation, notre toxémie est plus acide que neutre ou basique. (Voir notre article sur la notion d’équilibre acido-basique ici).

Toujours en naturopathie, on envisage aussi deux types de toxines : les colles et les cristaux. Les graisses de l’alimentation vont plutôt donner des colles, les sucres et les viandes – rouges notamment – vont plutôt donner des cristaux.

Lorsque les intrants sont supérieurs aux sortants (voir la notion d’émonctoire ici) ou lorsque l’organisme n’arrive plus à métaboliser les composés alimentaires, un processus de stockage va se mettre en place.

Dans le cas de l’arthrose, ce sont les cristaux qui viennent participer à l’usure des cartilages.

schéma montrant une arthrose du doigt de pied

 

C’est pourquoi, en naturopathie, on va mettre en place la démarche suivante :

Alimentation :

  • Recherche d’un meilleur équilibre acido-basique en privilégiant les aliments alcalins
  • Diminution et/ou suppression des produits laitiers qui acidifient l’organisme et donc provoquent de l’inflammation
  • Réduction des protéines animales et surtout de la viande rouge
  • Réduction/suppression des excitants contenant des alcaloïdes : café, thé, chocolat
  • Apport d’eau à faible minéralisation pour ne pas rajouter de cristaux
  • Consommation d’aliments à forte teneur en oméga-3 pour combattre l’inflammation. Poissons gras, huile de colza ou de noix
  • Consommer régulièrement du gingembre, anti-inflammatoire bien connu des médecines chinoise et ayurvédique
  • Faisons une mention particulière pour une épice très à la mode en ce moment : le curcuma ! Son action anti-inflammatoire est désormais très connue (voir notre article ici)

Compléments alimentaires :

Oligo-éléments, vitamines (dont la vitamine D), calcium, fer, manganèse, magnésium et potassium pourront être des pistes intéressantes.

Exercice :

Considérant que l’arthrose est douloureuse, le malade a plutôt envie de rester chez lui plutôt que de bouger. Malgré tout, il est important de conserver une mise en mouvement jusqu’à la transpiration pour évacuer les cristaux et maintenir un état général satisfaisant. La marche douce ou rapide sera très indiquée dans ce type de troubles.

Pour être convaincu que le mouvement est indispensable en cas d’arthrose, il faut comprendre que les cartilages sont nourris par « imprégnation », un peu comme une éponge. C’est uniquement lorsqu’une pression est faite que le cartilage pourra se nourrir des nutriments transportés par les vaisseaux sanguins présents autour de l’os.

D’autres techniques pourront s’avérer utiles :

  • Les séances de kiné avec mise en mouvement et massages adaptés
  • Les bains de mer
  • L’exposition au soleil
  • Les moxas pour réactiver les processus de régulation
  • Le magnétisme pour réactiver le processus d’auto-guérison et soulager les inflammations.

Dans le domaine des plantes, plusieurs approches sont également possibles :

Gemmothérapie :

  • Le bourgeon de cassis (Ribes nigrum) est très efficace pour son action anti-inflammatoire générale
  • La vigne (Vitis vinifera) et la vigne vierge (Ampelopsis weitchii) est conseillé pour les troubles liés aux articulations. Ce sont des anti-inflammatoires naturels généraux et spécifiques aux articulations.

Phytothérapie :

L’harpagophytum est très utile pour soulager l’arthrose et les douleurs rhumatismales grâce à son action anti-inflammatoire. On peut également rechercher les plantes contenant de la salicyline, substance naturelle qui a permis la découverte de l’aspirine. On trouve la salicyline dans l’écorce de saule blanc.

Le cassis peut également être conseillé dans sa version extrait de plante ou lorsqu’il est intégré dans des complexes spécifiques destinés à améliorer le confort.

La Griffe du diable, plus connue sous le nom d’Harpagophytum, permet d’améliorer la mobilité articulaire et de soulager la douleur.

Aromathérapie

La gaulthérie couchée peut être appliqué directement sur l’articulation douloureuse. De 3 à 5 gouttes pures ou mélangée à une huile végétale. A faire entre 3 et 5 fois par jour.

En résumé

Pour soulager et diminuer l’inflammation provoquant les douleurs, vous pouvez :

  • Consommer moins d’aliments acidifiants et inflammatoires
  • Consommer – chaque jour ! – des aliments contenant des Omega-3
  • Drainer les toxines pour diminuer la charge toxémique
  • Faire de l’exercice pour rester en mouvement et stimuler la reconstruction du cartilage
  • Utiliser des plantes pour soulager les douleurs et l’inflammation

panier de fruits et de légumes pour une alimentation santé

Avertissement :

La naturopathie est une médecine traditionnelle qui propose une approche holistique. Seul un naturopathe pourra vous aider à mettre en place une stratégie personnalisée pour vos troubles liées à l’arthrose. Les conseils mentionnés ci-dessus représentent donc quelques possibilités parmi le champ très vaste des solutions naturelles.

 

[sources]

https://www.vidal.fr/actualites/14581/diacereine_restriction_d_utilisation_et_nouvelles_recommandations_d_utilisation/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Diac%C3%A9rh%C3%A9ine

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

error: Contenu protégé !!